Durant une petite séance de conception graphique, écouteur dans les oreilles, j’ai eu la chance de tomber sur une série de 5 épisodes consacrés au travail de Youri Lenquette sur RFI (Radio France International). Youri Lenquette raconte la petite histoire derrière 5 pochettes d’artistes africains. Surement que ce nom ne vous dit rien!? Mais si je vous montre des pochettes d’album tels que Café Atlantico de Césaria Evora ou Françafrique de Tiken Jah Fakoly, ça vous parle ? Déjà plus de 30 ans que Youri fait poser les plus grands artistes de la planète tels que Papa Wemba ou Césaria Evoria, il a d’ailleurs pris les dernières photos du rocker Kurt Cobain juste avant sa mort et se fait discret sur ses chefs d’oeuvres. 
La pochette d’un album est très importante dans le processus de promotion d’un artiste. A partir d’une simple photo un inconnu peut chercher à découvrir l’artiste sur l’image et son style. Monsieur X s’en va dans un rayon pour acheter un album et trouve une pochette où un rasta est assis sur une mobylette avec derrière lui une armée d’autres jeunes assis sur des mobylettes, le regard perçant, cela peut l’interpeller.
Voici l’histoire de 5 photos populaires de Youri Lenquette prises parfois dans des moments insolites, parfois étudiées, ou souvent improvisées.

 1- Françafrique – Tiken jah Fakoly

L’album «Françafrique» du chanteur de reggae Tiken Jah Fakoly, sorti en 2002. Photo: Youri Lenquette

Si vous ne connaissiez pas Youri Lenquette, je pense que vous connaissez du moins l’album Françafrique du chanteur Tiken Jah Fakoly, la star africaine du reggae, sorti en 2002 et devenu disque d’or.

Le format carré de la photo rappel nos disques 33 tours dans le temps. Tiken Jah Fakoly est au centre et au premier plan. Maillot de foot jaune, pantalon court militaire, le chanteur est assi sur une mobylette bleue, model AV68 des années 60. Une main posée sur le phare, l’artiste a le regard perçant, déterminé. Derrière lui au second plan, telle une meute prête à bondir, sa ligne de jeunes hommes. Eux aussi sur leurs deux roues. Une scène qui évoque la jeunesse, la puissance d’un continent, la rébellion, la soif du changement.

Marlon Brando dans la série “The Wild Bunch”

La photo fût prise a Odienné, la ville natale de Tiken Jah au nord-ouest de la Côte d’ivoire. A leur arrivée une nuée de jeunes sur mobylette l’attendirent à l’entrée de la ville. Tellement évocateur que Youri se dit “l’équipe est sauvage à Odienné”. Lorsque les motards commencèrent à faire leurs démonstrations acrobatiques, Youri vit l’image de Marlon Brando dans la série “The Wild Bunch” (la horde sauvage), un film des années 1950 qui rappel la vie des gangs de motards de l’époque.

Il décida donc de faire un clin d’oeil a la série en faisant une reprise à l’africaine. Le lendemain Youri donna rendez-vous aux jeunes motards sur un stade. C’est ainsi que la photo fut prise trois (3) minutes avant le couché du soleil, après des acrobaties qui en mettaient plein la vue aux passants.

2- Giss Gass – Takeifa

L’album «Gass Giss» du groupe TAKEIFA, sorti le 30 Juin 2017. Photo: Youri Lenquette

Cette photo a été prise à la gare de Dakar. Sur les côtés, deux (2) anciens trains de voyageurs jaune et vert à l’arrêt donnent une perspective, une dynamique. Le bleu du ciel et le bitume gris fatigué permettent de fermer le cadre. Les 4 membres du groupe Takeifa courent vers l’objectif en bondissant. Boite de guitare à la main, en tenue moderne, large sourire, cette photo illustre parfaitement l’énergie débordante de ce groupe africain aux sonorités rock.

C’est rare de voir un groupe africain qui fondamentalement a la formation d’un groupe rock. TAKEIFA (mot-valise entre Keita écrit en verlan et Family) signifie Famille Keita. Le groupe tenait personnellement à ce que Youri s’occupe des photos de la pochette de leur album Gass Giss (signifie qui cherche trouve).

La première image (ci-dessus) devait être normalement la pochette de l’album. Elle était sensée représentée l’image du voyage, d’où l’idée de la gare pour le décors. C’est tout mais c’est déjà beaucoup.

ECOUTER LE PODCAST

 

3- Café Atlantico – Césaria Evora

L’album «Café Atlantico» de Césaria Evora, sorti en Mai 1999. Photo: Youri Lenquette

La petite histoire marrante de cette photo est que l’album s’appel Café Atlantico et la chanteuse cap-verdienne n’a jamais fait cette photo au Cap-vert. Café Atlantico n’était outre que le nom de l’album et beaucoup de touristes une fois arrivés sur le territoire cap-verdiens demandaient en pointant la photo la localisation du “Café Atlantico”.

Le concept derrière était juste de retrouver l’ambiance des bars de Mindelo (au Cap-vert). Pour cela la photo devait être prise dans un décor de café à l’ancienne. On utilisa donc un bar à paris du coté de la bastille en plein hiver et des générations de fans n’y ont vu que du feu.

C’est le rouge qui domine et qui entoure la chanteuse. On retrouve le même ton de couleur réchauffant sur la table rétro et les banquettes similicuir. Au premier plan Césaria Evora se tourne. Elle affiche un immense sourire et réagi à l’interpellation d’une personne qui n’est pas dans le champ. Les cheveux noirs plaqués, colliers et bracelets scintillent. Elle rayonne. A ses côtés, ses amis et musiciens boivent un verre et partagent un moment. L’ambiance est belle et à la fois détendue.

Cette photo fût la première pochette de disque réalisée par Youri pour la diva aux pieds nus.

ECOUTER LE PODCAST

 

4 – Faada Freddy

Senegal. Dakar. 06/2013. Faada Freddy (Daara J)

 

Cette photo prise au Village Des Arts situé à 500m du domicile de l’artiste joue sur les contrastes. Contrastes entre le fond, un mur de béton, un sol de sable, et l’artiste qui est au centre de la photo dans son costume de serge noir. Faada Freddy chapeau melon sur la tête, souriant, regarde l’objectif mais dans une pose particulière puisqu’ il saute en l’air en s’appuyant sur sa canne. Sa posture est chouette, très graphique, à l’image d’un acrobate de cirque. Faada Freddy offre ici une image dynamique puissante. Aussi puissante que les paroles de sa chanson qui débute son album Gospel Journey sorti un an plus tard.

La photo n’avait pas d’utilité pré-établie, elle était juste prise sur le kiff. C’était un après-midi, il y avait de la bonne humeur et des artistes au Village Des Arts. Encore aujourd’hui la photo a un impact sur la vie professionnelle de Faada Freddy, d’ailleurs elle a été choisie comme emblème de l’Africa Festival à Würzburg. A son arrivée à Würzburg Faada Fredy fut très impressionné de voir son image inondée partout sur les murs de la ville. Youri raconte que la photo continu de le suivre et de donner raison à son  talent.

ECOUTER LE PODCAST

5 – Youssou N’Dour

Youssou N’Doursortant de la médina (Dakar, 1995). Photo de Youri Lenquette.
 Les circonstances de cette photo auraient pu valoir à Youri Lenquête d’être viré. Elle donne l’impression d’un chef de gang ombrageux qui sort de son repère alors qu’en fait l’artiste était tout simplement fatigué mais surtout en colère contre son photographe.
De cette photo au format vertical et portrait se dégage une grande intensité. Le cadre, une porte en bois fatiguée. Youssou N’dour sort d’une concession familiale l’air  visiblement tendu. Ici le chanteur est jeune et des lunettes de soleil cachent ses yeux. Il semble s’extirper, clairement pressé. Derrière lui, on peut apercevoir 5 hommes. Ils regardent le chanteur quitter les lieux, curieux, bref inquiets de la suite des événements, comme si Youssou N’Dour allait se jeter dans la gueule du loup.
Je vous explique, le photographe débarquait pour sa première fois au Sénégal, un 31 décembre. Youssou jouait au Bal des Pompiers et venait de sortir l’album Womat, particulièrement la chanson 7 Seconds qui le propulsait déjà au rang des futurs grands artistes de ce monde.
Après un brainstorming autour du concept de pochette à faire, Youri proposa à Youssou d’aller faire un tournage dans son quartier natal, la Médina de Dakar. Pour lui c’était l’idée en or, mais il sous-estimait le charisme de la star qui, elle, était plutôt réticente, compte tenu de sa popularité et de l’émeute qui risquait de se créer autour. A peine Youssou sorti de sa voiture, une foule de plus en plus grandissante commençait à se construire autour d’eux et les encerclait. La discrète séance photo tourna vite au vinaigre, et Youssou déja énervé par la décision prise par son photographe, aperçu l’entrée d’une cour qui pourrait lui servir à s’évader. Il conseilla donc d’aller se réfugier à l’intérieur en attendant l’arrivée de la police qui leur permettra de se frayer un chemin de sortie 2 heures plus tard. Youri déja senti viré par son client furieux (puisqu’ il l’avait prévenu) décida quand même de prendre une photo (ci-dessus) en se disant que c’était la dernière.
Plus tard la photo toucha Youssou N’Dour et cela consolida encore plus leur amitié. Aujourd’hui cela fait déja 23ans qu’ils travaillent ensemble. Un journaliste a écrit un jour que cette pochette a poussé plusieurs jeunes artistes africains du milieu hip hop à adopter le même style gangster, à porter des lunettes, et à prendre une photo avec d’autres personnes derrières.

Alors les gombistes, vous avez appris des trucs? avez-vous une petite histoire derriere une pochette que vous avez vous même réalisé ?

Sources podcasts :


Like it? Share with your friends!