L’art est un moyen très efficace pour traiter des sujets phares, critiques ou même tabous de la société.  La jeune marocaine Zeinab Fasiki l’a vite compris et ne lésine pas à en faire usage dès que le besoin se fait sentir.

« Dénoncer le harcèlement sexuel et lutter pour les droits des femmes à travers le graphisme », dans son pays est le moyen choisi par Zeinab Fasiki pour s’exprimer.

Me and my close friend. Facebook Page : Zainab Fasiki Art

Une publication partagée par Artist & Engineer (@zainab_fasiki) le

//platform.instagram.com/en_US/embeds.js
Illustratrice marocaine, la jeune fille de 23 ans, parle de sexualité et des sujets piquants qui minent sa société à travers son art. Diplômée de l’Ecole Nationale Supérieure d’électricité, elle a à son actif 10.000 followers sur les réseaux sociaux. Féministe, elle n’a pas sa langue dans la poche, et ne compte en aucun cas restée spectatrice des inégalités qui minent sa société.

‘Le crayon et la tablette graphique’ n’ont pas de secret pour elle depuis sa tendre enfance. De ce fait, elle fait du graphisme son arme fatale avec des dessins à couper le souffle. Alliant des couleurs aussi vives les unes que les autres, et arborant des nuances spécifiques, porteurs de message. Ces dessins montrent la femme sous un autre jour. « J’essaye de changer les mentalités, en montrant que le corps féminin peut être un objet artistique pas seulement un objet sexuel ».

//platform.instagram.com/en_US/embeds.js

La jeune autodictate marocaine sait que c’est en travaillant qu’elle pourra affinée son rendu. Pour ce faire, elle a appris à rendre en scénario les problématiques de sa société, en collaborant au sein du collectif de bande dessinée marocain Skefkef.

« Omor » ‘Des choses’ est le nom de sa première bande dessinée. Elle y traite des « difficultés de la vie d’une femme au Maroc » et « dénonce les inégalités homme-femme à travers les personnages de trois jeunes marocaines ». Ces trois jeunes femmes ont chacune leur histoire. Au Maroc, l’album sera sur le marché fin Septembre 2017 et en France quelques mois après. 

Victime elle-même de harcèlement, « moi, j’ai été harcelée sexuellement toute ma vie, que ce soit dans les rues, le taxi ou à la plage », ses milliers d’abonnés réagissent toujours à chacune de ses publications. « Je n’aime pas dessiner et être en colère en même temps mais là je ne pouvais pas m’en empêcher » dira-t-elle, suite au buzz généré par un de ses dessins sur les réseaux sociaux. Ce dernier, elle l’a dessiné après avoir vu deux vidéos montrant des femmes marocaines agressées sexuellement dans l’espace public.

Zainab Fasiki, publie aussi par moment des dessins de femmes en partie dénudées sur sa page facebook et son compte instagram.

Découvrez la encore plus par par cet article. 

More art in my Facebook page : Zainab Fasiki Art #Feminist_Comics

Une publication partagée par Artist & Engineer (@zainab_fasiki) le

//platform.instagram.com/en_US/embeds.js


Like it? Share with your friends!