GomboDigital a le plaisir de présenter un de ses contributeurs Eklin HANCK de l’Agence Manitou Concept qui nous offre une interview avec Moussa Fofana, directeur de YEELENPIX la première banque d’images 100 % africaine.

Moussa Fofana, est le fondateur et CEO de Yeelenpix, une banque en ligne d’images et d’illustrations 100% africaines basée à Paris. La nécessité d’une telle initiative provenait de la quasi- absence d’illustrations et d’images de hautes qualités représentatives des réalités africaines. La startup développe aussi en marge, une gamme de services B2B à destination des médias, des agences de communication, des entreprises et des institutions. Le jeune entrepreneur souhaite plus tard retourner l’ascenseur aux talents africains en devenant un business angel afin de les soutenir tout en comptant donner une nouvelle impulsion au web africain et former de nombreux jeunes aux métiers du web. Il nous parle ici du projet, de sa genèse et de sa stratégie de développement.

 
Parlez- nous de votre parcours

Bonjour à tous. Tout d’abord merci de l’opportunité offerte par votre blog de pouvoir m’exprimer sur YeelenPix. Je suis Moussa FOFANA, de nationalité ivoirienne, je suis ingénieur de formation, afro optimiste convaincu et le président co-fondateur de Yeelenpix. J’ai onze (11) ans d’expérience dans le conseil en systèmes d’information et à mon actif plusieurs missions dans les DSI (Direction des Systèmes d’Information) de grandes banques et entreprises françaises (Société Générale, Axa Banque, Cofinoga, IBM,…).

En 2010 en parallèle de mon activité salariale, j’initiai ma première aventure entrepreneuriale en lançant un site d’annonces 100% africaines gratuit “Africaspread”

Racontez-nous l’histoire de Yeelenpix ?

L’idée de YeelenPix m’est venue il y a sept (7) ans de cela lorsqu’ une amie travaillant dans une agence de com à Abidjan, m’a demandé de lui acheter des images sur une plateforme occidentale pour un appel d’offre. Je me suis alors rendu compte qu’il n’existait aucune banque d’illustrations d’images, unifiée et représentative de l’Afrique. J’imagine alors une banque d’images et d’illustrations numériques, exclusivement africaines, proposant une vision réaliste et contemporaine de l’Afrique. Je prends contact avec des photographes de talent en Côte d’ivoire, au Sénégal, en Tunisie, au Nigéria, au Ghana, au Cameroun…, et les convaincs de participer au projet (non sans difficultés). Le besoin identifié se transforme en projet et le projet se transforme en aventure entrepreneuriale passionnante. En 2013, trois (3) amis talentueux et passionnés d’Afrique me rejoignent dans l’aventure et nous créons YeelenPix. Il s’agit d’Alex Yaovi Poblah, Maguette Mbow et Celine Crespin.

Quels sont vos principaux objectifs ?

YeelenPix a pour but de répondre aux grands besoins en contenu (photos et illustrations) local africain de qualité pour tous les usages de communication adaptés aux réalités du continent. Notre objectif principal est sans ambiguïté d’être le leader africain de la fourniture d’images, d’illustrations et de services associés pour tous types de besoins. Au-delà de la banque d’images qui reste notre ADN, notre cœur de métier, YeelenPix a aussi développé une gamme étendue de services B2B à destination des médias, des agences de communication, des entreprises et des institutions (service de production photo à la demande, reportages, couverture photographique, etc…).


Avez –vous déjà reçu des distinctions par des prix ? Si oui lesquels ?

Yeelenpix a été mentionné comme l’une des startups africaines à suivre cette année par le site d’informations technologiques dédié aux startups « Maddyness ».

Nous avons aussi remporté le prix du public lors d’un concours de pitch organisé par le brillant collectif « Startup up Africa Paris » le 22 mai à Paris devant un panel d’investisseurs et de médias.

Quels sont exactement vos attributions au sein du projet?

Au sein de l’entreprise en tant que Président, je pilote la stratégie globale de l’entreprise, les activités commerciales, les partenariats et je m’occupe également de la relation avec la presse et les médias. Alexis Poblah s’occupe de la gestion administrative et financière , Maguette Mbow de son côté s’occupe de la stratégie web et digitale.

Comment avez-vous financé le projet?

Le projet a été intégralement financé par apport propre des associés co-fondateurs que nous sommes. Il s’agit de nos réserves personnelles que nous avons engagé dans ce projet auquel nous croyons dur comme fer.

Quelles sont vos sources d’inspiration et de motivation ?

Mes sources premières d’inspiration sont d’abord mes parents qui m’ont toujours soutenu et servi de modèle pour avancer. Ensuite je m’inspire beaucoup de grands personnages historiques (Nelson Mandela, MLK,..) et aussi de businessmen qui ne sont plus à présenter (Dangoté, Dagou,…)

Quels sont les avantages directs que pourraient en tirer les graphistes et autres acheteurs d’images sur le continent ?

Les artistes africains (photographes et illustrateurs) ont beaucoup à gagner en s’inscrivant dans notre dynamique :
• Une mise en lumière de leur travail.
• Nous faisons le lien entre les clients et les créateurs de contenu africains. Grâce à notre site web rapide et sécurisé, ils peuvent facilement mettre en ligne leurs images et les vendre à nos clients situés partout dans le monde.
• Gagner de l’argent et vivre de leur art
• En rejoignant YeelenPix, ils ont l’opportunité de générer des revenus conséquents grâce à leurs talents. Notre système de royalties (ils touchent 60% de chaque vente) est très intéressant et leur garanti des revenus intéressants.
• Intégrer un réseau dynamique
YeelenPix leur donne la possibilité de rejoindre sa communauté d’artistes talentueux. Ils pourront partager leurs idées, leurs contacts professionnels, leurs projets, bons plans, etc. avec les autres membres et développer leurs réseaux. Au delà de tout cela, Yeelenpix a encore de belles choses à mettre en place dans les années à venir, donc il vaudrait mieux prendre le train dès maintenant.

Comment procédez- vous pour rassembler les images et de combien d’images disposez-vous sur votre plateforme actuellement?

Les artistes nous font parvenir tout simplement leurs contenus et nous procédons aussi à de la production spécifique selon nos besoins. Pour nous envoyer des images rien de plus simple : se créer un compte sur la plateforme qui une fois validé permettra de pouvoir uploader et publier les photos en ligne. Ils peuvent aussi nous les envoyer via les envois en ligne de documents massifs. Les critères de validation sont : La qualité, l’originalité, le post traitement, la taille de la photo (nous ne validons pas les photos de petite dimension), l’adéquation avec le besoin du marché etc… A part ça, le photographe a une rémunération de 60% de chaque vente réalisée.

 
Quel est votre stratégie pour pouvoir faire face aux géants comme Shutterstock, Fotolia et Getty images et quelles sont les perspectives de développement de la boite ?

En quelques mots je dirais : développement, recrutement, implantations et en terme de perspectives de développement, Innover, innover, encore innover et se rapprocher de notre clientèle et enfin se diversifier…

 
Quels sont vos défis en tant qu’entrepreneur web ?

En tant qu’entrepreneur web mes défis sont axés autour de l’atteinte de mes objectifs de devenir le leader du marché des images en Afrique. Nous souhaitons donc passer du cap de Startup à celui d’une entreprise à taille importante et développer une multitude de services. Nous souhaitons également donner une nouvelle impulsion au web africain et former de nombreux jeunes aux métiers du web.

Vous concentrez-vous uniquement sur YeelenPix, ou il y a d’autres projets qui vous tiennent à cœur ?

J’ai quelques idées qui me trottent dans la tête mais je me laisse le temps d’atteindre mes objectifs avec Yeelenpix et ensuite on y reviendra. Une chose est sûre mon ultime projet est de devenir plus tard un business angel afin de soutenir les jeunes entrepreneurs africains bourrés de talents et de bonnes idées, mais sans financement.

Quels sont vos impressions sur le développement des TICS en Afrique et les opportunités à y tirer ?

Aujourd’hui force est de constater qu’en matière de développement TICS, l’Afrique est en train de rattraper son retard sur les autres zones. Des investissements en masse sont effectués pour faciliter l’accès d’un grand nombre à l’internet et à la téléphonie, de plus en plus d’entreprises viennent s’y installer etc… C’est maintenant qu’il faut y aller car après il sera trop tard…

Quelles sont selon vous, les qualités d’un bon entrepreneur web ?

Un bon entrepreneur web se doit d’avoir les qualités suivantes à mon humble avis :
• Passionné (La passion, qui effraie souvent, peut et doit être l’un des meilleurs alliés de l’entrepreneur.)
• Grand travailleur (ne pas compter ses heures)
• Une bonne connaissance de son marché
• Savoir s’entourer
• Etre humble
• Etre ambitieux et visionnaire
Quels conseils pourriez-vous donner à ceux qui hésitent encore pour se lancer ?
Croire en soi, bien étudier son projet et foncer, foncer, foncer…

Si vous étiez une souris… ?

n/a*

Si vous avez apprécié cet article, n’hésitez pas à nous laisser en commentaire ce que vous pensez de cette initiative. Vous pourrez toutefois continuer à suivre YeleenPix sur facebook et découvrir d’autres articles sur StartupBRICS et sur le site de RFi.

 

En attendant, on continu la discussion sur Twitter

 

Auteur : Eklin HANCK (Agence Manitou Concept) à suivre absolument sur LinkedIn.


Like it? Share with your friends!

Send this to a friend